Concert

12e Août musical de Deauville

du 27 juillet au 10 août 2013

C'est pour lire et jouer plus de musique encore que les musiciens du festival de Pâques décidèrent, en 2002, de créer l'Août musical de Deauville ; et surtout pour y rencontrer leurs cadets les plus prometteurs dans des concerts où alternent solos instrumentaux et œuvres de musique de chambre les plus diverses, de la période classique à la musique de notre temps.

Partager Facebook Twitter

lundi 05 août 2013

Brahms était particulièrement fier de son 2e Quintette à cordes, au point de songer à prendre sa retraite de compositeur après ce brillant opus. Et pourtant, son 1er Quintette à cordes n’a pas grand-chose à lui envier et soutient parfaitement la comparaison. C’est dire si, dans ce format hérité de Mozart, Brahms a trouvé dans la deuxième voix d’alto (ici joué par Adrien La Marca) un moyen d’enrichir le quatuor à cordes traditionnel (le quatuor Hermès en l’occurrence).

Avant l’entracte de ce concert du 5 août 2013, le festival nous donnait l’occasion de mieux nous familiariser avec la personne de Zoltan Kodály, l’autre nom grand nom de la musique hongroise du début du XXe siècle, et sans doute écrasé par l’ombre de son confrère Béla Bartók. Ayant passé lui aussi son temps à recueillir des chansons issues du folklore hongrois, Kodaly sut s’en inspirer, mais d’une façon totalement différente de son aîné, notamment dans ses œuvres de musique de chambre, l’étonnante Sonate pour violoncelle seul de 1915, la seule capable de rivaliser avec les Suites de Bach, et cette Sonate pour violon et violoncelle d’une année antérieure, d’une grande fraîcheur d’inspiration et d’un lyrisme généreux, comme improvisée sur le sol folklorique hongrois. Amaury Coeytaux et Yan Levionnois en donnent ici les deux premiers mouvements. En guise de mise en bouche, l’ironie grinçante de Prokofiev trouve sous les doigts de Guillaume Vincent un interprète des plus inspirés, avec quelques-uns de ses Sarcasmes, des pièces de jeunesse parfaitement représentatives de l’atmosphère débridée qui régnait dans les milieux culturels russes au début des années 1920 dans le sillage de la Révolution d’octobre… avant une reprise en main beaucoup moins réjouissante.

Programme

Sergueï Prokofiev (1891-1953) , Sarcasmes pour piano opus 17 (1914)

12e Août musical de Deauville - du 27 juillet au 10 août 2013 Guillaume Vincent piano

Johannes Brahms (1833-1897) , Quintette à cordes n°1 en fa majeur opus 88 (1883)

12e Août musical de Deauville - du 27 juillet au 10 août 2013 Adrien La Marca Alto , Quatuor Hermès ensemble

Zoltán Kodály (1882-1967) , Duo pour violon et violoncelle opus 7 (1914)

12e Août musical de Deauville - du 27 juillet au 10 août 2013 Amaury Coeytaux Violon , Yan Levionnois Violoncelle

C'est pour lire et jouer plus de musique encore que les musiciens du festival de Pâques décidèrent, en 2002, de créer l'Août musical de Deauville ; et surtout pour y rencontrer leurs cadets les plus prometteurs dans des concerts où alternent solos instrumentaux et œuvres de musique de chambre les plus diverses, de la période classique à la musique de notre temps.

Partager Facebook Twitter